Un goûter tout en douceur. Nos muffins vegan coco myrtilles.

muffinscocobb

La semaine dernière, alors qu’il faisait un temps à rester chez soi, j’ai eu envie de préparer avec mon mini, des muffins aux myrtilles et à la coco.

Chaque fois que je cuisine, j’implique mon petit garçon. Cela le rend heureux, lui donne le sentiment d’être considéré comme une personne en qui sa maman a confiance, et tous ses sens sont stimulés : la vue, l’odorat, le goût et l’ouïe sont en éveil chaque fois que nous cuisinons ensemble.

Nous prenons ainsi plaisir et satisfaction à découvrir, encore et toujours, la magie du fait-maison, le bonheur de mélanger les ingrédients, de les voir s’épouser pour donner vie à une douceur sucrée qui je l’espère, marquera sa mémoire, et qu’il associera plus tard à son enfance, et au temps passé avec sa maman lorsqu’il était petit.

J’aime à penser qu’ensemble, nous fabriquons ses futures petites madeleines de Proust…

Et si je ne le laisse pas manipuler des objets dangeureux, en prenant soin de lui expliquer pourquoi à chaque fois que je lui dis « non », je l’invite à m’aider à verser la farine, à mélanger au fouet ce qu’il peut mélanger, à vider le petit sachet de poudre à lever, à appuyer sur les boutons de la balance électronique. L’éducation bienveillante que je m’applique à suivre me semble être la meilleure. Une éducation où l’on considère son enfant comme un être à part, en devenir, un futur adulte, qu’il faut respecter dans tout son être, et à qui l’on doit apprendre les choses. J’aime guider mon garçon dans ce monde immense qu’il découvre chaque jour avec un regard plus affuté que la veille.

Et je suis heureuse de le voir heureux.

Je suis heureuse de réaliser que ce qui me rend heureuse le rend heureux.

Et j’espère qu’il aimera cuisiner autant que son papa et sa maman, et qu’il continuera sur le chemin que nous lui avons fait prendre, celui d’une cuisine végétale et respectueuse, saine et gourmande, où plaisir et partage s’accordent dans la bienveillance et le respect de la vie de tous.

Mes petits muffins sont donc emplis de douceur, vous le verrez. Ils fondent en bouche tels de petits nuages furtifs, et l’acidulé de la myrtille s’accorde joliement à la douceur de la coco. Je crois que l’on ressent à la dégustation, qu’ils ont été préparés en partie par des petites mains innoncentes et fragiles.

Ils se dégusteront idéalement à l’heure du goûter, accompagnés d’un thé vert léger, près d’une fenêtre entrebaillée qui laisse passer un léger vent et le chant de quelques oiseaux heureux de l’arrivée du printemps.
muffinscocobb1

Pour une dizaine de muffins à la noix de coco et aux myrtilles, il vous faudra :
Ingrédients:

  • 130 gr de sucre de coco (ou de de canne blond)
  • 100 ml d’huile de pépin de raisin (ou toute autre huile végétale)
  • 130 ml de lait d’amande
  • 70 gr de crème de coco (j’utilise les boites de lait de coco et je prélève la crème, laissant le jus de côté)
  • 200 gr de farine de blé
  • 3 c.à.c de poudre à lever
  • 80 gr de noix de coco râpée
  • 100 gr de myrtilles (congelées)

Recette:

  1. Pré-chauffez votre for à 180°C
  2. Mélangez au fouet dans un saladier le sucre et l’huile jusqu’à obtenir un mélange mousseux
  3. Ajoutez le lait d’amande et la crème de coco, mélangez bien
  4. Petit à petit, versez la farine et la levure, et mélangez bien au fouet, toujours
  5. Ajoutez la noix de coco râpée, mélangez à nouveau
  6. Insérez de petits caissons en papier dans vos moules à muffins ou graissez légèrement vos moules (s’ils sont en silicone, passez cette étape)
  7. Versez les myrtilles et donnez un tour de cuillère en bois afin de bien les répartir dans la pâte
  8. Remplissez aux 3/4 vos moules
  9. Laissez cuire 25 à 35 minutes en surveillant bien la cuisson
  10. Lorsque le dessus des muffins vous semble légèrement doré et gonflé, insérez la pointe d’un couteau dedans. Si cette dernière en ressort « propre », alors vos muffins sont prêts.
  11. Sortez du four et laissez refroidir avant de déguster.

Je vous souhaite à toutes et tous une bonne dégustation.

Publicités

Des crêpes sans lactose et sans oeufs, aux pommes caramélisées, myrtilles bio et amandes dorées.

crepesvegan4

Et voilà, Janvier s’en est allé…

Et c’est avec des crêpes que nous fêtons l’arrivée du mois de février.
Comme s’il fallait un prétexte à la gourmandise…
Tout ceci me réjouit car, petit à petit, nous nous éloignons de l’hiver pour nous rapprocher de ma saison préférée… Le printemps… saison de transition et de renouveau, où l’on se sent comme renaître à la vie, plus léger, et encore plus vivant..

Les crêpes que je vous propose aujourd’hui sont, d’une certaine manière, un prélude au printemps. Mon prélude à cette saison, que chaque année j’attends avec un peu plus d’impatience.

Pour célébrer le printemps qui n’est pas encore là, j’ai garni mes crêpes de pommes caramélisées et de myrtilles, ainsi que d’amandes effilées légèrement dorées. J’ai voulu des crêpes colorées et fruitées, légères et gourmandes, pour sortir un peu de la lourdeur des plats hivernaux que je délaisse, petit à petit, pour me concentrer sur les nouveaux produits de la saison qui approche.

Les crêpes en elle-mêmes sont assez simples à réaliser. Etant un peu prise par le temps pour me lancer dans des essais en cuisine, je me suis directement inspirée de la recette d’Ophélie Véron (Antigone XXI) car elle me semblait cohérente et vraiment simple. Il ne faut rien d’autre que de la farine, de la maïzena, du lait végétal, de l’huile, un peu de sucre, une pincée de sel, et une pointe de vanille moulue pour réaliser environ 8 belles crêpes. Rien de très compliqué donc. Vous verrez qu’il n’y a besoin, ni de lait de vache, ni d’oeufs de poule pour faire sauter de jolies crêpes et s’en régaler ensuite.

crepesvegan

Concernant la garniture, comme je le disais, j’ai voulu de la fraîcheur et des fruits sans pour autant sacrifier à mes envies gourmandes. Et pour donner à la pomme une texture caramélisée et fondante, c’est un jeu d’enfant : munissez-vous d’une poêle, faites chauffer de l’huile de coco, versez vos dés de pommes, arrosez de sirop d’érable ou de sucre de canne blond, d’un filet de jus de citron et d’une pincée de fleur de sel, et laissez la magie opérer tout en faisant « sauter » vos dés de pommes afin qu’ils dorent tous uniformément.

Une fois que les dés de pommes sont bien caramélisés, réservez dans un bol et ajoutez les myrtilles. Un tour de cuillère et l’on obtient un mélange pommes myrtilles fondant à tomber.

Et pour qu’un festival de textures puisse opérer à l’heure de la dégustation, quoi de mieux que des amandes effilées légèrement dorées pour agrémenter nos crêpes pommes myrtilles d’une note croquante ?

Encore une fois, rien de plus simple. Il suffit en effet de faire revenir les amandes dans une poêle bien chaude et non huilée pendant une ou deux minutes. Attention à bien surveiller la cuisson et à ne pas laisser brûler les amandes. Il faut remuer sans cesse la poêle afin d’obtenir des amandes effilées dorées à souhait.

J’ai tout dit? Vous connaissez presque toute la recette !?
Et non, il reste encore quelques subtilités à découvrir….
Passons à la recette.

crepesvegan3

Pour réaliser 8 belles crêpes vegan pommes myrtilles amande, il vous faudra :

  • 200 gr de farine de blé
  • 50 gr de maïzena
  • 10 gr de sucre de canne blond
  • 1 c.à.s d’huile de pépin de raisin, de coco ou autre huile végétale
  • 520 ml de lait végétal
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1 pointe de couteau de vanille moulue
  • 1 c.à.c de jus de citron

Recette :

  1. Dans un grand saladier versez la farine, la maïzena, le sucre, le sel et la vanille. mélangez bien.
  2. Ajoutez ensuite l’huile végétale ainsi que le lait et battez au fouet jusqu’à obtenir une pâte lisse et homogène.
  3. Faites chauffer un tout petit peu d’huile dans une grande poêle.
  4. Quand votre poêle semble bien chaude, versez le contenu d’une louche de pâte à crêpes et faites tourner la poêle pour bien répartir la pâte partout.
  5. Laissez cuire quelques minutes puis décoller délicatement les bords de la crêpe à l’aide d’une spatule afin qu’elle n’attache pas quand vous la ferez sauter.
  6. Retournez la crêpe
  7. Laissez cuire quelques minutes de plus
  8. Réservez dans une assiette et recouvrez d’aluminium afin que vos crêpes ne sèchent pas.
  9. Répétez l’opération jusqu’à ne plus avoir de pâte.

Pour la garniture de deux crêpes*, il vous faudra :
Je vous propose ces proportions car vous aurez probablement envie de varier les plaisirs et de tester d’autres garnitures. Si tel n’est pas le cas, à vous de doubler ou de quadrupler les proportions.

  • 2 pommes de type Golden
  • De l’huile de coco ou autre huile végétale
  • Du sirop d’érable
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1 filet de jus de citron
  • Une belle poignée de myrtilles bio congelées

Préparation :

  1. Epluchez et détaillez vos pommes en petits dés.
  2. Faites chauffer 2 c.à.s d’huile dans une poêle puis ajoutez vos dés de pomme.
  3. Arrosez de sirop d’érable et laissez cuire tout en mélangeant régulièrement.
  4. Ajoutez une pincée de sel et un filet de jus de citron, mélangez bien.
  5. Quand vos pommes commencent à dorer, c’est qu’elles sont prêtes.
  6. Réservez et ajoutez vos myrtilles. Mélangez.
  7. Faites torréfier vos amandes effilées dans une poêle chaude quelques minutes. Réservez.

Garnissage :

  1. Prenez une crêpe et pliez là en deux.
  2. Garnissez de vos fruits, ajoutez des amandes torréfiées, puis repliez encore une fois la crêpe.
  3. Décorez d’amandes torréfiées.
  4. Vous pouvez également ajouter un filet de sirop d’érable supplémentaire ou du jus de pomme concentré pour encore plus de gourmandise.

Et voilà !

Si vous souhaitez d’autres idées pour garnir vos crêpes, vous pouvez opter pour :

  • Noix de coco & zestes de citron vert + sirop d’agave
  • Nutella vegan (mélangez de la purée de noisette à un peu de poudre de cacao brut, délayez avec un peu de lait végétal et le tour est joué)
  • Chocolat fondu & amandes effilées
  • Framboises en compotée & pépites de chocolat
  • Quartiers de pomme fondante & chocolat noir fondu
  • Beurre de cacahuète & tranches de pommes crues
  • Confiture diverses
  • Fruits séchés réduits en compote (figues mixées avec un peu d’eau tiède par exemple)
  • Caramel maison sans beurre (utilisez de la margarine végétale et salez à la fleur de sel)
  • Caramel de dattes (mixez des dattes préalablement trempées dans l’eau, ajoutez un peu de lait végétal)
  • Mangues caramélisées & chips de coco

…. Les possibilités sont infinies !

Je vous souhaite une délicieuse chandeleur et j’espère que vous avez aimé mon article !

A très bientôt.

Le carrot cake vegan de mes rêves. Ce jour où je me suis inspirée de Conticini pour pâtisser.

vegacarrotcakejdf5

Avant tout, laissez moi vous souhaiter à toutes et à tous une très belle année 2017.
Que les jours, semaines et mois à venir soient témoins de la réalisation de tous vos projets, envies et rêves les plus chers.

J’espère que les fêtes se sont bien passées pour vous et que vous avez pu vous délecter de petits plats sans cruauté. De mon côté, notre premier Noël 100% vegan fut une réussite. Nous nous sommes régalés de préparations originales et gourmandes, et avons tous participé à faire de ce premier repas de noël 100% fait-maison et végétal, un joli moment savoureux et nutritif. Comme quoi, avec un peu de bonne volonté :)


Et si les fêtes calendaires sont terminées, l’heure de ma première recette gourmande de l’année a sonné ! Pour ouvrir le bal de mon carnet de recettes 2017, je vous propose ma  version « étoilée » du célèbre et oh so British carrot cake…

En réalité, et après avoir fait quelques recherches, j’ai cru comprendre que le carrot cake n’avait de british que son petit nom. Et s’il fait partie des gâteaux les plus consommés par nos amis les rosbeefs, ses origines semblent faire débat. Certains l’attribuent aux Suisses Allemands, d’autres affirment que le carrot cake est Suédois…le mystère reste donc entier.

Si vous aviez des sources fiables au sujet de l’histoire du carrot cake, je suis preneuse, parce que la seule chose dont je sois vraiment sûre aujourd’hui, c’est que je ne saurai jamais refuser une belle part de carrot cake vg accompagnée d’une tasse de thé. Et ça, ça ne suffit pas pour briller en société.

vegancarrotcakejdf4

Revenons à ma version « étoilée » du carrot cake. Si je vous parle d’étoiles, c’est parce que pour réaliser cette petite merveille, j’ai vu grand, très grand, et je me suis inspirée de la recette d’un chef pâtissier de rêves, le grand Philippe Conticini ! Si vous aimez la pâtisserie, vous le connaissez probablement déjà. Philippe Conticini est un chef généreux et doux, d’une gentillesse extraordinaire, et je suis très heureuse de m’être inspirée de lui pour réaliser ce carrot cake, car mon interprétation végétale est une très belle réussite. S’inspirer d’un grand chef pâtissier, ça change tout.

Comme vous l’imaginez, j’ai dû faire quelques modifications afin de faire du carrot cake de Conticini une version végane. J’ai également adapté la recette à mes goûts car je préfère les noix de pécan aux raisins secs, et si j’aime le gingembre associé au chocolat noir, je ne le visualisais pas vraiment dans un carrot cake. J’ai également choisi de remplacer la mélasse noire par du sirop d’érable, et pour finir, j’ai préféré réaliser un glaçage à l’orange plutôt que d’incorporer des zestes à ma préparation. Oh, j’ai aussi rajouté un petit peu d’ananas.
Des changements conséquents vous me direz, mais qui respectent la recette de Monsieur Conticini malgré tout.

vegancarrotcakejdf1vegancarrotcakejdf2
Au final et après un peu moins d’une heure en cuisine, j’ai obtenu un carrot cake moelleux et gourmand, aux saveurs équilibrées et de caractère. Le glaçage à l’orange fondant et sucré, donne une note d’élégance à mon gâteau, tout en lui apportant de la fraîcheur. Notez également que la texture du glacage s’accorde très harmonieusement au moelleux du gâteau et au croquant des noix de pécans. Moi j’aime quand les textures contraires se rencontrent et s’entrechoquent pour finalement se fondre ensemble et donner tout son sens au mot harmonie.

Vraiment, que vous soyez vegan ou non, si vous aimez le carrot cake ou que vous ne connaissez pas encore ce délicieux gâteau, je vous invite à essayer ma recette, et je suis certaine que vous l’adopterez car elle est tout simplement parfaite et ne demande qu’un petit peu d’application pour être réussie.

Pour un carrot cake vegan d’environ 8 belles parts, il vous faudra :

  • Un moule à cake de 25 cm de long par 8 cm de largeur et de hauteur.
  • 20 gr de margarine végétale à pâtisser (j’utilise la Vitaquell cuisine & pâtisserie)
  • 120 gr de tofu soyeux
  • 120 gr de sucre de canne blond
  • 110 gr d’huile de coco fondue
  • 20 gr de sirop d’érable
  • 1/2 c.à.c de vanille en poudre
  • 135 gr de farine de blé T45
  • 15 gr de fécule de maïs
  • 1 pincée de fleur de sel
  • 1 c.à.c bombée de cannelle en poudre
  • 2 gr de bicarbonate de soude
  • 1 c.à.c de levure chimique
  • 30 gr de noix de pécan hachées grossièrement
  • 200 gr de carottes râpées et hachées très finement
  • 1 tranche d’ananas frais finement haché (optionnel)

Pour le glaçage :

  • 350 gr de sucre glace
  • 3 c.à.s de jus d’orange

Recette :

  1. Pré-chauffez votre four à 175°C.
  2. Faites fondre la margarine et réservez.
  3. Fouettez le tofu soyeux et le sucre jusqu’à obtenir un mélange légèrement mousseux et lisse.
  4. Ajoutez la margarine fondue, le sirop d’érable, l’huile et la vanille. Mélangez.
  5. Ajoutez la farine et la fécule de maïs, le sel, la cannelle en poudre, le bicarbonate et la levure, et battez au fouet pour incorporer tous les ingrédients à la pâte.
  6. Ajoutez les noix de pécans, puis les carottes et l’ananas préalablement râpés et hachés très finemenent, et incorporez délicatement à la spatule.
  7. Huilez et farinez votre moule à cake
  8. Versez la pâte et faites cuire environ 35 minutes. Ajustez en fonction de la puissance de votre four. La lame d’un couteau doit ressortir propre de votre cake.
  9. Préparez votre glaçage : versez dans un bol les 2 c.à.s de jus d’orange et incorporez au fur et à mesure le sucre glace. Battez à la fourchette sans relâche jusqu’à obtenir un glaçage qui se tienne.
  10. Quand votre carrot cake sera bien froid (attention à bien respecter cette règle), recouvrez-le avec votre glaçage et étalez à la spatule.
  11. Décorez votre cake de quelques noix de pécans entières ou disposez sur les tranches individuelles une fois coupées, comme sur la photo.

vegancarrotcakejdf3

Et voilà ! Vous n’avez plus qu’à vous régaler !
N’hésitez pas à partager ma recette si celle-ci vous plait. Et laissez moi un petit mot si vous passez par là.

Je vous souhaite encore une fois une très belle année gourmande et végétale :)

Emilie

 

Histoire et recette des mendiants de noël au chocolat noir.

mendiantsnoel5

Avant de parler petites noix & paprika, j’aimerais vous compter l’histoire des mendiants au chocolat. Promis, je m’efforcerai d’être brève. Néanmoins, il me semble important de s’intéresser un minimum aux origines des desserts et mignardises dont nous nous délectons. N’est-ce pas là faire preuve d’élégance et de savoir-vivre que d’être capable de parler doctement à nos convives des douceurs partagées à leurs côtés?

Si je suis passionnée de cuisine végétale, je suis également très curieuse, et j’aime m’enrichir de nouvelles connaissances afin d’avoir une vision globale, dynamique et intelligente de ce que je fais.

En réalisant mes mendiants, je me suis demandée quelle histoire pouvait bien se cacher derrière ces petites gourmandises à la fois si sobres et gourmandes, et au nom si peu attrayant.

Je vous le concède, les mendiants que je vous présente aujourd’hui ne sauraient être qualifiés de sobres. Mais c’est ainsi que je les aime, festifs et colorés, voire même un peu décadents. Assez éloignés en somme, de leurs origines provençales & moyenâgeuses…

mendiantsnoel6

mendiantsnoel4

Car les mendiants font en effet partie de la tradition provençale de Noël du « gros souper » servi le 24 Décembre avant la messe.
Ce « gros souper », qui n’en est pas un, suit des règles aussi strictes que symboliques : trois nappes blanches pour la Trinité (le Père, le Fils, et le Saint Esprit) –  trois chandeliers blancs allumés, trois soucoupes de blé germé de la Sainte Barbe. Composé de sept plats maigres, en souvenirs des 7 douleurs de Marie, et de 13 desserts représentant la Cène des douze apôtres réunis autour de Jésus, ce gros souper compte parmi les repas les plus importants de l’année dans la tradition provençale.

Parmi les treize desserts sus-mentionnés se trouvent les quatre fruits secs de nos fameux mendiants au chocolat : La figue de Provence, le raisin de Malaga, l’amande et la noisette, aussi connue sous le joli nom d’aveline.
Chacun de ces
 fruits représente un des quatre ordres mendiants de l’église du Moyen-Age.
Vous vous demandez probablement ce que peut bien être un ordre mendiant. C’est un ordre religieux qui dépend exclusivement de la charité pour vivre, et qui se consacre ainsi pleinement à sa dévotion religieuse. Parmi ces différents ordres datant du XIIe siècle, et représentés parmi les treize desserts, on retrouve :

Les Franciscains. Vêtus de longues tuniques à capuches brunes, ils sont représentés par le raisin de Malaga.
Les Carmes. Vêtus d’une robe marron, ils sont représentés par les avelines, ou noisettes.
Les Dominicains. Vêtus de blanc, ils sont représentés par les amandes.
Les Augustins. Vêtus de pourpre, ils sont représentés par la figue de Provence.

Voilà pourquoi nos mendiants portent ce nom. Je n’aurais jamais imaginé qu’une petite mignardise puisse être à ce point spirituelle et remplie de symboles !

Maintenant que vous avez de quoi briller à table le soir du 24, nous pouvons passer à la recette. Comme vous l’avez sûrement deviné, je n’ai absolument pas respecté la tradition, et seul l’ordre des Dominicains est représenté sur mes mendiants. La seule raison à cela est d’ordre gustative car j’adore les amandes et ne me soucie guère de religion.

Libre à vous de choisir les fruits secs qui garniront vos galets chocolatés, et s’il vous tient à coeur d’être fidèle à la tradition, alors vous connaissez déjà les ingrédients représentatifs des quatre ordres mendiants.
Sachez en outre que je vous fais une fleur car vous n’aurez pas à tempérer votre chocolat ! Il n’en sera cependant pas moins joli, c’est promis.

mendiantsnoel3

Ma recette des mendiants de Noël au chocolat noir.
Pour une trentaine de mendiants, il vous faudra :

  • 200 gr de bon chocolat noir (sans lait ni beurre)
  • Une poignée de noix de cajou torréfiées
  • Une poignée d’amandes
  • Une poignée de noix
  • Quelques morceaux de gingembre confits
  • Une poignée de cranberries séchées
  • Une poignée d’abricots secs
  • Des graines de sésame
  • Paprika, piment d’espelette…

Recette :

  1. Préparez d’abord vos fruits secs et confits en les répartissant au choix, dans de petits ramequins, ou en les disposant sur une planche. Le principe étant de les avoir à portée de main lorsque le chocolat sera fondu.
  2. Préparez ensuite une feuille de papier cuisson sur une plaque bien lisse ou sur un plan de travail (à côté d’une fenêtre de préférence, car il vous faudra laisser vos mendiants se solidifier dans un endroit aéré et frais, mais surtout pas trop froid).
  3. Cassez le chocolat en petits morceaux et faites-le fondre doucement au bain-marie en prenant soin de mélanger sans relâche avec une spatule afin que le chocolat ne durcisse pas.
  4. Une fois le chocolat lisse et fondu, ôtez la casserole du feu et placez-là à côté de votre espace de travail. Laissez le bol dans la casserole afin que le chocolat reste chaud et malléable, et veillez à ne pas vous brûler.
  5. A l’aide d’une petite cuillère, prélevez un peu de chocolat, déposez le sur le papier sulfurisé puis aplatissez en rond avec le dos de la cuillère afin de créer des petits disques. Commencez par deux ou trois disques ni trop fins, ni trop épais.
  6. Disposez les fruits secs et confits comme il vous plaît, et répétez l’opération jusqu’à ne plus avoir de chocolat.
  7. Laissez vos mendiants refroidir et se solidifier au frais environ une heure (à côté d’une fenêtre légèrement entrebaillée par exemple)
  8. Vos mendiants sont prêts ! Vous pouvez les conserver plusieurs semaines (mais je doute que vous n’y parveniez) dans une boite en métal ou un bocal en verre, à l’abri de la lumière, et à température ambiante (si toutefois vous ne vivez pas à Hawaï ou en Alaska).

Voilà.
J’espère que mon article et ma recette vous ont plu !
A très bientôt.
Emilie

 

 

Délicieuses truffes de noël aux deux saveurs : chocolat, bergamote & chocolat, gingembre confit.

Ah les truffes au chocolat… Qui pourrait y résister?

Ces petites douceurs du XIXe siècle, confectionnées à la hâte par le confiseur Louis Dufour à l’occasion des fêtes de fin d’année, font partie des grands incontournables de la gastronomie française. Et si j’ai parfois du mal avec les traditions culinaires de notre cher pays, je dois bien avouer que je me damnerais pour des truffes au chocolat.

A condition qu’elles soient végétales, bien évidemment !

Quoi de plus agréable et gourmand pour terminer un repas de noël en beauté, qu’une petite truffe au chocolat, fondante à souhait, et à l’amertume si délicate ?

Cette année, j’ai eu envie d’ajouter une note pétillante et fraîche à mes truffes au chocolat. Je me suis donc orientée vers deux associations de saveurs qui fonctionnent à merveille et que j’aime beaucoup : chocolat bergamote & chocolat gingembre confit.

truffeschocolatvegan3truffeschocolatvegan

Avez-vous déjà goûté un chocolat parfumé au citron bergamote?

Si ce n’est pas le cas, je vous invite à y remédier au plus vite car c’est un ravissement pour le palais. J’aime le parfum si singulier du citron bergamote. C’est un fruit de caractère aux saveurs vraiment subtiles, que l’on ne trouve nulle part ailleurs. Quant au gingembre, qui se marrie idéalement aux chocolats les plus corsés, je ne me lasserai jamais de sa douce fraîcheur acidulée.

Voilà. A Noël, les truffes au chocolat sont pour moi aussi importantes qu’un sapin joliement décoré, et je ne saurais pour rien au monde, m’en passer. Et puis elles sont si simples à végétaliser et à confectionner qu’il serait vraiment triste de s’en priver.

Leur préparation ne demande en effet que quelques ingrédients de base, tel que le chocolat à pâtisser, le cacao brut en poudre non sucré, et la crème végétale.
Viennent ensuite d’autres saveurs que l’on peut ajouter à la ganache avant de la laisser reposer, comme le citron bergamote, ou au moment du façonnage, comme le gingembre confit.

Et si j’insiste sur le fait-maison, c’est que je trouve tellement agréable et plein de sens de cuisiner moi-même les mets et autres gourmandises partagés avec mes proches, que je ne peux que vous encourager à revêtir votre plus beau tablier et à passer en cuisine. Vous en retirerez tellement de satisfaction. Et puis c’est prouvé, cuisiner ça fait du bien et ça détend ! En tous cas c’est pour moi une source de bien être indéniable.

Et pour changer, pourquoi ne pas offrir ces petites truffes concotées par vos soins à vos hôtes? Elles feront un petit cadeau original et gourmand.

Voilà, vous avez maintenant plein de bonnes raisons de passer en cuisine !

truffeschocolatvegan2

truffeschocolatvegan4

Et voici ma recette.
Pour une vingtaine de truffes chocolat bergamote & chocolat gingembre confit, il vous faudra :

  • 200 gr de chocolat noir corsé à pâtisser (vegan)
  • 12 cl de crème végétale
  • Du cacao brut en poudre non sucré
  • Des petits morceaux de gingembre confits
  • 1 beau citron bergamote bio (de la taille d’une petite orange)

Recette :

  1. Cassez le chocolat en petits morceaux et réservez dans un grand récipient.
  2. Faites chauffer la crème végétale dans une casserole jusqu’à ce qu’elle s’apprête à bouillir.
  3. Versez la crème (presque bouillante) sur le chocolat tout en battant bien au fouet afin de constituer votre ganache. Si d’aventure celle-ci tranchait, ajoutez un peu d’eau froide et continuez à battre au fouet jusqu’à obtenir la consistance idéale d’une ganache.
  4. Répartissez la ganache de manière égale dans deux deux bols.
  5. Lavez la peau du citron bergamote puis au dessus d’un des deux bols, rapez-en la moitié afin d’en prélever les zestes.
  6. Mélangez délicatement à la spatule afin de bien incorporer les zestes à votre ganache.
  7. Filmez vos deux bols et conservez au réfrigérateur au minimum 6h. Veillez bien à pouvoir différencier les deux ganaches.
  8. Une fois les 6h écoulées, préparez d’abord vos truffes au chocolat bergamote. Sortez le bol de ganache bergamote, puis à l’aide de deux cuillères à café, prélevez la quantité souhaitée de préparation, puis formez des petites boules à l’aide des paumes de main. Veillez à avoir les mains froides pour cette étape. Réservez au frais.
  9. Préparez vos truffes au gingembre. Procédez de la même façon que pour les truffes à la bergamote, et insérez un petit carré de gingembre confit à l’intérieur avant de les façonner.
  10. Versez un peu de cacao en poudre dans un bol.
  11. Faites rouler une à une vos truffes dans le cacao afin de les enrober entièrement.
  12. Conservez dans un endroit frais et sortez vos truffes une vingtaine de minutes avant dégustation.

 

Et voilà pour aujourd’hui. J’espère que ma recette vous plaira !
Je vous souhaite de très belles fêtes de Noël à toutes et à tous !

Vous souhaitez une version healthy des truffes pour les fêtes?  Ma recette des bliss balls 4 façons  fera sûrement votre bonheur !

 

Bûchettes vegan de Noël façon Mont-Blanc !

Et voilà, comme je le disais dans mon dernier article consacré aux petits sablés de Noël, Novembre s’en est allé pour laisser place au mois le plus scintillant, le plus contrasté, et le plus cocooning de tout l’hiver, j’ai nommé Décembre. Ce mois si particulier, synonyme de lumières, de plaids bien chauds, de souvenirs d’enfance, de sapins décorés, d’attente et de préparatifs, mais aussi de saveurs aussi gourmandes que réconfortantes. L’esprit de Noël n’est-il pas magique?

buchettefaconmontblanc

Cette année, nous fêterons notre premier noël vegan, et nous avons le sentiment qu’il en sera d’autant plus doux, beau et bon, car il ne sera associé à aucune souffrance animale.
Bien au contraire, il sera synonyme d’amour, de compassion et d’altruisme. Il sera synonyme aussi de créativité, de curiosité, de changement, et de gourmandise, car nous aimons les bonnes choses et n’avons pas renoncé aux plaisirs de la table, pourvu qu’ils soient doux.

Car il n’y a en effet rien de plus sacré que la vie, qu’elle soit humaine ou animale, il nous importe de la respecter, et encore plus en ces temps de fête qui, malheureusement occasionnent chaque année bien trop de souffrances barbares et inutiles aux animaux.

Et c’est dans cet esprit de bonté, de partage et de bienveillance que Natasha, du blog Echos Verts  m’a invitée à participer avec 23 autres bloggeuses vegan, à un nouvel éco-défi de noël 100% gourmand.

N’est-ce pas là une très belle initiative à l’occasion des fêtes? Personnellement, j’ai été tout de suite séduite par ce projet collaboratif, et j’espère que d’autres initiatives de ce genre verront le jour, afin d’encourager et d’aider plus de monde à adopter une alimentation végétale, ou du moins, à se laisser séduire, le temps d’un dessert, par une recette sans produits animaux.

Hier, c’est Lily Tasty qui a partagé avec nous sa bûche gourmande façon « tarte au citron meringuée ».

Et aujourd’hui, en ce beau premier dimanche de décembre c’est à mon tour de vous proposer une recette originale et végétale de bûchettes vegan façon … Mont-Blanc !

buchetteveganseule

J’ai en effet eu envie de revisiter ce classique aux saveurs hivernales et chaleureuses de vanille, meringue et crème de marrons, afin de vous en proposer une version végétale, esthétique, et légère, mais pas moins gourmande. Notez que ces bûchettes ne contiennent pas de gluten.

La base à la fois ferme et onctueuse au parfum de vanille se marie à merveille à la douceur du marron et au croquant de la meringue, pour un dessert qui fera son effet et réjouira les papilles des plus fins gourmets !

On passe à la recette?

Pour 8 bûchettes, il vous faudra :
Pour l’appareil :

  • 200 gr de noix de cajou
  • 400 ml de lait de coco en boite
  • 4 c.à.s d’eau
  • 4 c.à.s d’huile de coco
  • 4 c.à.s de sirop d’agave
  • ½ gousse de vanille
  • 1 pincée de sel
  • 1 c.à.c d’agar agar

Pour les meringues :

  • Le jus d’une boite de 400 gr de pois chiche
  • 10 gr de fécule de maïs
  • 200 gr de sucre glace

Pour la crème de marrons :

  • 1 grande boite de crème de marrons

Recette :

  1. Faites tremper la veille vos noix de cajoux dans un grand volume d’eau. Retournez la boîte de lait de coco et placez-là au réfrigérateur.
  2.  Le lendemain, égouttez les noix de cajou puis récupérez la crème qui s’est formée à la surface de la boite de lait de coco.
  3. Dans une casserole, délayez l’agar agar dans un fond d’eau froide puis portez à ébullition en remuant bien.
  4. Mixez tous vos ingrédients dans un blender à haute puissance puis versez l’agar agar dans le blender pendant qu’il tourne. Vous devez obtenir une pâte homogène et lisse.
  5. Remplissez vos mini moules à bûches de cette préparation, (optez pour un moule en silicone pour mini-bûches 8,4cm x 3,4cm x 3,4cm) puis laissez prendre une heure trente, deux heures au congélateur. Conservez ensuite au réfrigérateur.
  6. Pendant ce temps, préparez vos meringues. (cette manipulation prend environ 12 min) Versez le jus de pois chiche dans un grand récipient, puis à l’aide d’un fouet électrique, faites monter le jus. Lorsque ce dernier commence à ressembler à une meringue, versez petit à petit le sucre glace préalablement mélangé à la fécule. Battez à pleine puissance jusqu’à ce que la meringue brille et vous semble ferme. Elle doit tenir si vous retournez le saladier !
  7. Lorsque votre meringue est prête, remplissez une poche à douille et composez des mini meringues sur une plaque recouverte de papier sulfurisé. Faites en assez pour décorer vos 8 bûchettes. Vous pouvez également en composer en forme de sapin ou autre s’il vous reste de la meringue. Au besoin, préparez deux plaques de cuisson.
  8. Enfournez pour 1h30 à 110°c. Puis laissez les meringues une heure de plus dans le four éteint.
  9. Lorsque vos meringues sont prêtes, sortez-les du four et laissez refroidir.
  10. Sortez vos bûchettes et démoulez-les avec précaution.
  11. Disposez dans les assiettes ou sur votre plat et décorez de vos petites meringues en alternant avec la crème aux marrons dont vous aurez rempli votre poche à douille lavée. Vous pouvez au choix garnir le dessus ou l’ensemble des bûchettes. Réservez des meringues supplémentaires pour la dégustation, et garnissez les assiettes de points de crème de marrons pour les plus gourmands.

Servez sans attendre ou conservez dans un endroit très frais et sec pas plus de 20 minutes.

 

Bonne dégustation et un très joyeux noël végétal à toutes et tous !

Retrouvez dés demain la prochaine recette de bûche végétale chez Vegan Freestyle

Des petits sablés vegan, saveurs chocolat-cannelle & vanille pour noël.

sablesdenoelvegan2

 

Décembre est arrivé ! Ce mois si propice à la cuisine et aux saveurs réconfortantes m’a donné envie de partager avec vous jusqu’en janvier des recettes festives et hivernales : recettes de biscuits et de bûches, de boissons chaudes, et de plats salés… qui raviront les tout petits comme les plus grands.

Et c’est avec un incontournable des fêtes de fin d’année, connu et aimé de tous, et qui ne manque jamais de rappeler l’enfance, que j’aimerais ouvrir le bal : Le sablé de noël….

Comment en effet, passer les fêtes sans croquer dans un petit sablé en forme de sapin, de bonhomme ou d’étoile ?

Qui n’a jamais, pendant son enfance,  préparé et façonné avec l’application caractéristique des tout-petits, de mignons sablés de noël aux formes aussi magiques qu’oniriques ?

Vous l’avez compris, ces petites douceurs représentent bien plus pour moi que de simples biscuits, et c’est aussi pour cela que j’ai eu envie de les célébrer ici.

Comme à l’habitude, ma recette est 100 % végétale et ne contient donc aucun sous-produit animal. Rien de plus facile en effet que de végétaliser un sablé de noël. Il suffit de remplacer le beurre par de la margarine végétale, de trouver les proportions justes, et le tour est joué.

Ma recette est donc simplissime. En la suivant pas à pas, vous obtiendrez de délicieux petits sablés à la vanille et/ou au chocolat-cannelle, à la texture légère,   aérienne, et craquante, comme on l’attend d’un sablé, le côté « pouf-pouf » en moins.

Ces douceurs feront aussi le bonheur des plus petits, et je suis certaine que les plus grands seront très heureux de les réaliser aux côtés de leurs parents ! Réduisez la quantité de sucre,  supprimez le sel, et  vos enfants et bébés (à partir de 9 mois,) pourront aussi les déguster à l’heure du goûter, accompagnés de fruits frais.

Ces sablés peuvent également faire un joli petit cadeau gourmand, ludique et écologique pour vos hôtes ou ami(e)s.

Voici la recette!

Pour une vingtaine de petits sapins à la vanille, il vous faudra :

  • 100 gr de farine de blé type T45
  • 50 gr de margarine végétale
  • 50 gr de sucre de canne complet type rapadura
  • 1 pincée de sel
  • 1/2 c.à.c de poudre de vanille
  • 1 c.à.s d’eau

Pour une quinzaine de petits bonhommes au chocolat et à la cannelle, il vous faudra :

  • 80 gr de farine de blé type T45
  • 50 gr de margarine végétale
  • 50 gr de sucre de canne complet type rapadura
  • 1 pincée de sel
  • 20 gr de cacao en poudre
  • 1/2 c.à.c de cannelle en poudre
  • 1 c.à.s d’eau

Recette :
Il s’agit maintenant du même procédé, selon que vous prépariez des sablés à la vanille, ou au chocolat et à la cannelle.

1. Pré-chauffez votre four à 180°.

2. Mettez tous vos ingrédients dans un grand saladier.

3. Pétrissez à la main jusqu’à obtenir une pâte homogène. Attention à ne pas trop travailler votre pâte afin qu’elle puisse s’étaler plus facilement. Si vous trouvez la pâte un peu sèche, ajoutez une cuillère à soupe d’eau, si au contraire elle vous semble très humide, ajoutez un peu de farine.

4. Farinez votre plan de travail propre, puis étalez la pâte à l’aide d’un rouleau à pâtisserie que vous aurez également fariné. N’hésitez pas à tourner votre pâte régulièrement et à refariner le plan de travail afin qu’elle ne colle pas. La pâte doit être fine et avoir une épaisseur de 1 demi centimètre avant d’être découpée à l’emporte-pièce. C’est très important pour la cuisson!

5. Une fois que vous aurez obtenu l’épaisseur et la texture désirée, découpez à l’emporte pièce vos petits sapins ou bonhommes (vous pouvez choisir d’autres formes évidemment).

6. Placez délicatement vos sablés sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.

7. Récupérez les chutes et répétez l’opération jusqu’à épuisement de la pâte.

8. Enfournez vos sablés pour 10 minutes. Vos sablés ressortiront légèrement moelleux du four. C’est normal. Ils durciront en refroidissant.

9. Une fois, et une fois seulement que vos sablés auront bien refroidis, vous pourrez les saupoudrer de sucre glace pour un joli effet de neige.

Et voilà :) Vous pouvez conserver ces sablés dans une boite hermétique ou un bocal en verre avec couvercle pendant quelques jours, mais mon petit doigt me dit qu’ils seront vite dégustés !

sablesdenoelvegan3

Je vous souhaite un très beau mois de décembre, plein de magie, de couleurs et de lumières. N’hésitez pas à me laisser un petit mot si vous passer par ici.

A très bientôt pour une recette surprise….